Fast Track

Proin eget tortor risus. Quisque velit nisi, pretium ut lacinia in, elementum id enim. Nulla porttitor accumsan tincidunt. Vivamus suscipit tortor eget felis porttitor volutpat. 

FAQ

Comment le fast track est appliqué dans le traitement de l’hallux valgus

L’hallux valgus est une déformation de l’os qui se trouve à côté du gros orteil. Selon son avancée, il peut devenir douloureux et entraver la mobilité. Dans ce cas, le médecin proposera une intervention chirurgicale visant à réduire la déviation.
Cette opération est souvent redoutée par les patients, car elle génère de fortes douleurs post opératoires, et une perte d’autonomie parfois longue. Mais l’arrivée de la méthode fast track a changé la donne. Voici, en 6 points, son application et sa contribution dans le traitement de l’hallux valgus.

Technique chirurgicale mini-invasive ou percutanée « Sitôt opéré, sitôt debout », telle est la devise du fast track. Pour une récupération rapide, quoi de mieux qu’une chirurgie mini-invasive ou percutanée ? Ces techniques se rejoignent entre autres, sur un point : les minuscules incisions pratiquées sur le patient sont moins agressives pour les tissus. Ils sont de l’ordre de 2 cm en mini-invasive, et 2 mm en percutanée. Elles génèrent donc moins de douleur et d’œdème, et permettent une reprise immédiate de l’appui. Anesthésie locorégionale.

Toujours dans le but de favoriser une récupération rapide du patient, l’anesthésie locorégionale qui consiste à endormir la seule région à opérer sera choisie. Elle est préférée à l’anesthésie générale qui est en général plus lourde à supporter par le patient et provoque parfois des effets secondaires.
Dans la continuité, cette méthode sera ensuite utilisée comme analgésie locale post opératoire. Elle permet un contrôle optimal de la douleur et par conséquent, une récupération plus rapide.
D’autre part, des allègements ont été apportés pour réduire le stress péri opératoire. Ce qui met le patient dans les meilleures dispositions possibles pour résister au stress et récupérer rapidement.

• La prémédication est utilisée lorsque c’est nécessaire.
• Le patient peut consommer une alimentation solide jusqu’à 6 heures et des boissons non-gazeuses jusqu’à 2 heures avant l’intervention. Il sera alors mieux armé pour lutter contre la fatigue. Son immunité se trouvera renforcée et plus efficace contre les infections.
• L’équipe soignante propose une reprise alimentaire précoce, c’est-à-dire à partir d’une heure après l’opération.

Choisir la méthode “Fast Track”

Une solution narturelle
R

Réduire le stress physique et psychique

R

Permettre au patient de recouvrer rapidement ses capacités

R

Diminuer les complications post opératoires comme les infections nosocomiales

R

Assurer à l’opéré autant de sécurité que dans une procédure traditionnelle

R

Favoriser son retour rapide à son domicile

Le fast track : une prise en charge sans douleur de l’hallux valgus

Des mesures qui contribue à une récupération post opératoire rapide du patient

Il prend appui sur une équipe soignante élargie et une participation active du patient. Dans le cadre de la réduction de l’hallux valgus, l’application d’une chirurgie fast track prend tout son sens. Elle limite le stress péri opératoire et offre au patient toutes les chances de récupérer sans attente son autonomie.

Qu’est-ce que le fast track Le fast track ou la Réhabilitation Rapide Après Chirurgie (RRAC) a été initié dans les années 2000 par une équipe danoise. Il s’agit d’une procédure de prise en charge multidisciplinaire qui vise, en fin de compte, à redonner précocement l’autonomie au patient. Elle est construite sur 3 plans indissociables : chirurgical, anesthésique et suivi péri opératoire. Le fast track poursuit des objectifs qui permettent d’améliorer le bien-être du patient, malgré l’épreuve de l’opération.

Le fast track poursuit des objectifs qui permettent d’améliorer le bien-être du patient, malgré l’épreuve de l’opération.
• Réduire le stress physique et psychique.
• Permettre au patient de recouvrer rapidement ses capacités.
• Diminuer les complications post opératoires comme les infections nosocomiales.
• Assurer à l’opéré autant de sécurité que dans une procédure traditionnelle.
• Favoriser son retour rapide à son domicile.

Hospitalisation ambulatoire

Avant une opération, le patient ressent souvent des angoisses liées à sa réussite. Lorsque l’acte chirurgical est terminé, il se retrouve face à d’autres interrogations. L’intervention a-t-elle été une réussite ? Ressentira-t-il de la douleur lorsque l’anesthésie sera dissipée ? Comment va-t-il se débrouiller dans son quotidien ?
Ces questionnements contribuent à augmenter son stress post opératoire et retarder sa récupération. Pour y remédier, la réduction de l’hallux valgus se pratique maintenant avec une hospitalisation ambulatoire.

Ce dispositif est rendu possible grâce au recours à l’anesthésie locorégionale et à la chirurgie mini-invasive qui permettent une reprise immédiate de l’appui. Le patient peut rentrer le jour même chez lui, parmi les siens. Ce dispositif le rassure et contribue à diminuer le risque nosocomial. La récupération sera d’autant plus rapide.

Association du patient aux protocoles de soin
L’association du patient à ses soins constitue l’un des piliers du fast track. Il devient responsable et acteur de son intervention chirurgicale.
Dans un schéma classique, le patient est passif et subit les décisions prises « ailleurs », par le chirurgien et l’anesthésiste. Avec le fast track, la coopération avec le patient démarre dès la consultation pré opératoire, où l’équipe médicale l’informe sur le déroulement de sa prise en charge.
• Les traitements qui lui seront administrés.
• Les objectifs à atteindre (Exemple : délai de récupération de l’appui).
• Les consignes à suivre (la quantité de marche, respect des instructions pour éviter les œdèmes, l’application des exercices de mobilisation des orteils).

Pourquoi faut-il utiliser le fast track dans le traitement du hallux valgus

Dans le cadre de la chirurgie fast track, tout est mis en œuvre pour minimiser le stress chez le patient et l’aider à récupérer rapidement son autonomie après l’opération.

• Hospitalisation ambulatoire.
• Sécurisation de la surveillance par le passage à domicile d’une infirmière libérale.
• Restriction de la douleur via une technique chirurgicale mini-invasive, associée à une anesthésie loco régionale
• Contrôle de la douleur post opératoire précoce grâce à la diffusion d’antalgique par voie intraveineuse.
• Reprise rapide de l’appui.
• Prise en charge multi disciplinaire qui réduit le stress, le risque de complication et améliore le bien être du patient.

Témoignage de Mme B., 71 ans
Mme B. nous raconte le déroulement de la prise en charge de son hallux valgus.
Avant l’opération, le chirurgien lui a expliqué les objectifs de l’intervention, ses bénéfices, les consignes ainsi que les suites de l’opération. Elle a ensuite rencontré l’infirmière libérale qui lui décrit son rôle. Ainsi, elle est beaucoup plus sereine à sa sortie, qui a eu lieu quelques heures après l’opération.
Après son retour à la maison, elle a bénéficié d’une surveillance de qualité :

• Contact téléphonique 24/24 si nécessaire.
• Passage journalier d’une infirmière libérale.
• Coordination avec la pharmacie pour ses traitements.

Vivant seule, la récupération rapide de la marche lui a été très bénéfique. Elle n’a pas subi de perte d’autonomie et peut faire tous les gestes du quotidien dès son retour à la maison.

Pour finir vous avez trouvé dans cet article les informations nécessaires pour comprendre le fast tract ainsi que ses bénéfices sur le traitement de l’hallux valgus. Au-delà de l’aspect humain, le fast track contribue à améliorer la dimension économique des soins hospitaliers.

• Prise en charge minime avec l’hospitalisation ambulatoire.
• Libération d’un lit pour un autre malade.
• Médication péri opératoire plus ciblée, et non plus systématique.
• Diminution des arrêts de travail lié à l’opération.

Le patient sait exactement ce qu’il a à faire à chaque étape de son chemin clinique. Il se sentira reconnu et maître de ce qui lui sera fait. Il peut même influer sur la prise de décision en faisant part au chirurgien de ses propres sensations. Cela contribue grandement à diminuer son stress et à favoriser une récupération rapide.

Suivi multi disciplinaire

La pluri disciplinarité de la prise en charge est un autre des piliers de la réhabilitation rapide.
Au couple chirurgien – anesthésiste, on associe d’autres membres du corps médical (médecin traitant, infirmière à domicile, aide-soignant). Chacun apporte ses compétences dans le seul but de rendre rapidement au patient son autonomie, dans un contexte parfaitement sécurisé. Mais pour éviter de générer du stress chez l’opéré, tous les intervenants doivent procéder de façon coordonnée et parler « d’une même voix ». Une légère discordance peut suffire à semer le doute chez le patient et le rendre anxieux.
Les différents protocoles de soins sont définis par le chirurgien et l’anesthésiste : surveillance téléphonique, administration de l’anti douleur, reprise d’appui, auto-rééducation, etc. Leur exécution est régulièrement réévaluée (notamment l’évaluation de la douleur par l’échelle EVA) pour rester cohérente avec l’évolution du patient. Ces protocoles sont souvent désignés sous le nom de chemin clinique.

 

Protocole anti-douleur

La douleur est tant redoutée par les patients que par les soignants. Les premiers la subissent et la vivent dans leur chair. Leur seule préoccupation serait de la faire taire pour un peu de répit. Tandis qu’elle renvoie les seconds devant leur propre impuissance à soulager quelqu’un d’un supplice.

Dans la réduction de l’hallux valgus, la pratique de la chirurgie mini-invasive et de l’anesthésie locorégionale permet de mieux contrôler la douleur.
Afin de continuer à prodiguer au patient la même prévention contre la douleur, un protocole spécifique est mis en place pour son retour à la maison qui comprend :

• La diffusion d’un antalgique par voie intraveineuse pendant les 48 à 72 heures qui suivent l’opération. La miniaturisation de l’appareil n’entrave pas la ré-autonomisation.
• Une évaluation fréquente de la douleur par téléphone.
• Le passage 2 fois par jour d’une infirmière libérale pour dispenser les soins et réadapter le protocole anti-douleur si nécessaire.

Contacter notre équipe ?

Appelez au

04 93 16 06 37

Notre adresse

73 Boulevard Henri Sappia, 06100 Nice

France

Lundi – Vendredi

9h – 19h

Samedi

Fermé

Dimanche

Fermé